Le blogde Chapal & Panoz

Credo Time

Notre but est simple : nous voulons offrir la meilleure qualité de service au prix le plus juste.

Nous ne vendons ni technologies ni lignes de code. Nous effectuons un travail complet parce qu’il ne s’agit pas seulement de livrer du HTML et du CSS. Nous avons la volonté d’atteindre une meilleure qualité, et cela passe par une réflexion sur les pratiques de mises en pages, la typographie du livre numérique, etc. On croit vraiment qu’à faire de la conversion low-cost, tout ce que le livre numérique sera, c’est un sous-livre. Il n’y a pas que les projets enrichis qui donneront leurs lettres de noblesse au numérique, ce sont toutes les conversions qui doivent faire l’objet d’un grand soin.

Nous n’avons pas envie de donner des prix au kilo, parce que ce n’est pas notre conception du livre. Un prix au kilo, c’est dévaloriser le livre et son propre travail. Ça veut dire que tous les livres sont les mêmes et qu’on ne les considère pas à leur juste valeur. Ce n’est sans doute pas comme ça que les éditeurs et auteurs aimeraient que nous considérions leur travail à eux. (Convertissez-vous automatiquement vos mises en pages papier ?) Dès la prise de contact, nous portons une attention particulière au projet, en adaptant notre travail au lieu de l’imposer à nos clients sans qu’ils ne sachent pourquoi.

Nous sommes réalistes : on connait bien l’écosystème du développement de livres numériques. Nous respectons les standards, mais nous avons surtout envie que nos fichiers passent partout, et le mieux possible : l’interopérabilité est l’un de nos chevaux de bataille. Nous n’avons pas envie de mettre des lecteurs de côté parce qu’ils lisent sur tel ou tel appareil de lecture, sauf  pour des projets extrêmement particuliers (car il ne faut pas se mettre de barrières à cause de la technique : la création numérique est une opportunité d’invention et d’exploration, il ne faut pas s’en priver non plus). Les différences de rendu entre les moteurs de lecture disponibles sur le marché demandent des vérifications constantes et une connaissance profonde des spécificités de chacun. On voit aujourd’hui énormément de fichiers calibrés pour un seul moteur de rendu. C’est l’interopérabilité et la pérennité des fichiers qui sont en jeu ; surtout qu’au vu des parts de marché du livre numérique en France, c’est réduire encore un peu plus ses chiffres de ventes que de se cantonner volontairement à un seul support (iPad par exemple) lorsque l’on peut trouver des solutions pour adapter un livre afin qu’il soit lisible sur la grande majorité des appareils.

On essaye d’expliquer et d’aider à faire les meilleurs choix possibles. On veut que les gens qui nous contactent soient au centre du projet. Il est inutile de balancer des fichiers sans explications car ce n’est pas comme ça que l’intérêt envers le numérique grandira vraiment.

Par extension, naturellement, nous avons envie de partager notre travail, notre passion, avec des gens dont la curiosité a été attisée, en les formant ou en les aidant à publier des livres numériques de plus grande qualité, parce que les lecteurs le demandent et se font de plus en plus entendre.

Bref, on fait de notre mieux pour que tout se passe dans les meilleures conditions et que tout le monde soit gagnant !