Blog Archives

Concept Design : NonFiction+Screen!

Parce qu’il permet de publier à bas coût, le livre numérique fait revivre d’anciens concepts (pensez aux séries) et en voit également se démocratiser de nouveaux. Parmi les concepts qui se démocratisent aujourd’hui, on peut trouver les compilations d’articles de blog retravaillés : on choisit un thème, on sélectionne des articles, on organise le tout, on édite un peu et on publie. L’idée n’est pas forcément mauvaise — si les choses sont bien faites — puisque cela permet aux lecteurs de rémunérer le site tout en y gagnant un certain confort (pas besoin de chercher sur le site, pas besoin d’être en ligne, confort supplémentaire de lecture sur liseuse, etc.).

Les exemples ne sont pas difficiles à dénicher, et certains sont même parlants : O’Reilly publie ainsi son Best of ToC en allant piocher les articles de sa communauté quand le site Smashing Magazine compile ses propres articles par thème (WordPress, typographie, etc.).

La problématique, exception faite d’une écriture pensée en séries, est l’organisation d’un contenu web (non-linéaire) pour le livre numérique (linéaire). Bien souvent, nous nous retrouvons juste avec des articles l’un à la suite de l’autre, et certains peuvent ne pas nous intéresser tant que ça de prime abord pour diverses raisons (déjà lu, pas ce qu’on cherche mais qui peut nous intéresser plus tard, sujet de l’article ne nous parle pas, etc.). Comment répondre à cette problématique ?

Read more

Ne le fais pas juste parce que tu peux le faire

Il arrive parfois que nous voulions faire quelque chose à tout prix. Nous passons alors des heures à chercher une solution technique, nous en trouvons assez souvent qui fonctionnent chez untel et untel mais pas chez d’autres, nous essayons alors de trouvons le moyen de la faire fonctionner partout et nous abandonnons parfois parce qu’il n’y en a pas.

Que se passe-t-il quand un revendeur veut faire quelque chose et propose une fonctionnalité technique à tout prix ? Que se passe-t-il quand il ne va pas voir plus loin que la possibilité technique, par exemple en ne voulant pas voir les conséquences que cela peut avoir sur le développement/la production de livres ?

C’est un peu ce qu’Amazon a fait avec le fixed layout, notamment pour la BD et son mode de lecture « case par case ». Explications.

Read more

Credo Time

Notre but est simple : nous voulons offrir la meilleure qualité de service au prix le plus juste.

Nous ne vendons ni technologies ni lignes de code. Nous effectuons un travail complet parce qu’il ne s’agit pas seulement de livrer du HTML et du CSS. Nous avons la volonté d’atteindre une meilleure qualité, et cela passe par une réflexion sur les pratiques de mises en pages, la typographie du livre numérique, etc. On croit vraiment qu’à faire de la conversion low-cost, tout ce que le livre numérique sera, c’est un sous-livre. Il n’y a pas que les projets enrichis qui donneront leurs lettres de noblesse au numérique, ce sont toutes les conversions qui doivent faire l’objet d’un grand soin.

Nous n’avons pas envie de donner des prix au kilo, parce que ce n’est pas notre conception du livre. Un prix au kilo, c’est dévaloriser le livre et son propre travail. Ça veut dire que tous les livres sont les mêmes et qu’on ne les considère pas à leur juste valeur. Ce n’est sans doute pas comme ça que les éditeurs et auteurs aimeraient que nous considérions leur travail à eux. (Convertissez-vous automatiquement vos mises en pages papier ?) Dès la prise de contact, nous portons une attention particulière au projet, en adaptant notre travail au lieu de l’imposer à nos clients sans qu’ils ne sachent pourquoi.

Read more

Kindle et typographie, de la méconnaissance à l’incohérence

La typographie est le point faible de Kindle. L’ancien format, mobi 7, a longtemps été trainé comme un énorme boulet. KF8, le nouveau format, s’est fait attendre très longtemps. Son déploiement complet a par ailleurs pris plusieurs mois, ce qui a bien embêté les développeurs. En outre, il est très loin de régler tous les problèmes de l’archaïsme qu’il remplace.

Certes, en matière de design, Kindle Format 8 permet quelques fantaisies : bordures, images de fond, lettrines ou ombres portées sont désormais possibles. Notons également que les marges sont enfin gérées correctement… Mais devil is in the detail1, comme aiment à le dire nos amis anglo-saxons, et l’on ne peut pas dire qu’Amazon excelle dans le soin apporté aux détails. De fait, les développeurs Amazon accumulent les erreurs grossières depuis un certain temps. Plus grave encore, il ne semble pas y avoir de ligne commune entre les différentes équipes de développement.

Read more